• Récolte 21/09/20 chez Emilie

    Récolte 21/09/20 chez Émilie

    La Récolte du 21/09/2020 : Bois, incendier, éteindre, vive, danse, déclarer, passion, lance, lampe, long
    Les boni d'Émilie : Poudre, pyromane, protéger


     

    Le retour d'Elisabeth

     

    Château de Leap en IrlandeLiam O'Reilly avait perdu son habituel sourire jovial quand la jeune femme eut quitté son bureau. Il se fit apporter les plans de la commune de Roscrea et mesura l'ampleur des restrictions d'accès qu'il allait devoir annoncer à ses administrés. La nouvelle propriétaire avait racheté toutes les terres vendues autrefois pour financer la restauration du donjon et quelques hectares supplémentaires, étendant considérablement le domaine du château de Leap. La jeune Elisabeth van Krieg avait été on ne peut plus claire : tout le domaine était désormais interdit au public.
    Certes la nouvelle fit des gorges chaudes mais les habitants accueillirent la nouvelle avec flegme. Elle ne resterait pas longtemps, l'Allemande ! Comme tous ceux qui l'avaient précédée, elle serait vite chassée par les fantômes qui hantaient les austères couloirs du château. Au pub du Cerf blanc, Pat O'Shanessy tapa sa chope sur le comptoir et déclara "Ce n'est pas cette donzelle qui m'empêchera d'aller chasser dans ses bois ! Ces terres sont irlandaises, pas teutonnes !". Tout le monde éclata de rire en entendant ces rodomontades car si Pat était un brave gars, il avait plus de gueule que de courage. Mais dès le lendemain Pat prit son fusil et partit à la chasse.

    Ce même jour un homme se présenta au journal local pour faire passer une offre d'emploi qui parut le jour suivant. "Recherche jeune femme, bonne présentation, courageuse et vive. Logée, nourrie, blanchie plus salaire. Déplacements à l'étranger à prévoir. Travail un samedi sur deux, libre le dimanche". Nombreuses furent les candidates mais la jeune châtelaine arrêta son choix sur la plus jeune, Daire Maguire.
    Quand celle-ci revint chercher quelques affaires chez ses parents, elle dansait sur place et ne tarissait plus d'éloges sur la jeune Elisabeth van Krieg, si belle, si douce, dont elle allait devenir dame de compagnie. Elle parlait déjà avec passion des voyages où elle accompagnerait sa jeune patronne. Heureux de cette belle opportunité, ses parents l'embrassèrent. "A dimanche !".

    Au Cerf Blanc l'ambiance était morose. Pat O'Shanessy n'était pas revenu de la chasse et au début les habitués pensaient qu'il s'était dégonflé. Mais sa compagne était passée la veille, morte d'inquiétude. Pat était parti depuis quatre jours et plus personne ne l'avait revu. Tous tentèrent de se rassurer en pensant qu'il devait cuver quelque part.
    Le dimanche midi les Maguire attendaient leur fille pour le déjeuner, tout excités par ce qu'elle aurait à raconter. Sa mère lui avait préparé un pie comme elle l'aimait. Mais le pie refroidit et Daire ne vint pas.
    A la grande surprise des habitants de Roscrea, une nouvelle offre d'emploi fut publiée dans le journal local du lundi et la jeune Erin prit le poste de Daire mais Daire ne rentra pas. Inquiets, ses parents appelèrent le poste de police où on les écouta poliment. Puis l'agent leur répondit que leur fille étant majeure, elle était libre d'aller et venir à sa guise mais qu'ils pouvaient rappeler dans trois jours si elle n'était pas revenue. En désespoir de cause, ils se tournèrent vers Liam O'Reilly, l'implorant de lancer un avis de recherche. Liam comprit qu'il lui fallait éteindre rapidement la panique avant qu'elle ne gagne toute la population mais c'était un timoré aussi organisa-t-il une réunion dans son bureau avant de prendre une décision disproportionnée.
    Penny, la compagne d'O'Shannessy et les parents de Daire étaient assis d'un côté, Elisabeth van Krieg de l'autre. Elle était calme, souriante et détendue, comme si rien de tout cela ne la concernait vraiment. Elle avait réponse à chacune des questions de Liam O'Reilly. Patrick O'Shannessy ? Elle n'en avait jamais entendu parler or son garde-chasse n'aurait pas manqué de lui signaler le moindre incident. Daire Maguire ? La jeune femme prit un air affligé pour expliquer à ses parents que leur fille lui avait volé un bijou de grande valeur et qu'elle l'avait licenciée. Outrés, les Maguire affirmèrent que leur fille n'aurait jamais fait une telle chose mais Elisabeth eut un triste sourire empreint de compassion pour expliquer qu'on ne connaissait jamais vraiment ses enfants et que la jeune Daire devait cacher sa honte quelque part. Le père blêmit tandis que son épouse éclatait en sanglots. Penny fixait la jeune noble avec insistance. Cette femme mentait, elle le savait.
    La nouvelle châtelaine ayant autorisé qu'on lance des recherches sur ses terres, dès le lendemain une centaine d'hommes se déployèrent sur le domaine et les recherches se poursuivirent la nuit à la lueur des lampes mais en vain, pas la moindre trace
    Penny avait quitté la mairie, écrasée par l'angoisse, mais quand la jeune Elisabeth l'avait saluée avec un sourire en coin une certitude l'avait envahie : elle connaissait cette femme ! Elle ne parvenait pas à  la situer mais elle avait déjà vu cette Elisabeth van Krieg.
    Les jours passèrent. La jeune Erin vint passer deux dimanches en famille mais sa bonne humeur semblait éteinte. Elle éludait les questions et se mettait à trembler dès que ses parents prononçaient le nom de sa patronne. Le troisième dimanche fut le plus long qu'ils vécurent : elle ne vint ni ce dimanche ni le suivant. Cette fois la police les reçut immédiatement quand ils déclarèrent sa disparition. A leurs questions la châtelaine les informa qu'elle avait envoyé sa jeune dame de compagnie en formation dans son château bavarois. Ils n'en crurent rien et lancèrent un troisième avis de recherche.

    Depuis plusieurs jours Penny interrogeait Internet sur la jeune Elisabeth van Krieg. Bien que la jeune femme fasse partie de la haute société allemande, elle était décrite comme fort discrète, ne réservant que quelques apparitions à des galas de charité, sous la condition de ne pas être photographiée. Elle avait créé une fondation d'aide pour les jeunes orphelines mais c'est tout ce que Penny put trouver. Découragée elle fit une recherche par images et elle se figea : le visage de la nouvelle propriétaire du château de Leap apparut, mais pas sous le nom d'Elisabeth van Krieg.
    Elisabeth BathoryPenny relança sa recherche sous le nom qui s'était affiché. Aucun doute n'était possible : Elisabeth van Krieg était en réalité la cruelle comtesse Elisabeth Bathory !
    Elle le savait ! Passionnée de littérature gothique, elle avait déjà vu le célèbre portrait de la Comtesse Sanglante mais elle n'avait pas fait le lien dans le bureau du maire. Elle enfila un gilet et se rua chez les Maguire, craignant qu'ils ne la prennent pour une folle mais quand on vit au pied du château de Leap, on est prêt à croire une telle folie.
    Quand elle arriva chez les Maguire, Maureen et Sean Flynn, les parents d'Erin, étaient présents. Murphy Maguire leur servit un verre de whisky et tous s'assirent pour écouter les révélations de la jeune femme. Elle leur raconta tout ce qu'elle savait de la comtesse Elisabeth Bathory, sans édulcorer son récit. Tortures, mutilations, vampirisme, viols, bains de sang, elle exposa le terrible calvaire des centaines de victimes de la comtesse. A la fin de son récit, elle s'attendait à ce qu'on la traitât de folle mais tous étaient sérieux. Elle avala une gorgée de whiskey et Sean Flynn prit la parole :
    - Par tous les saints ! Cette femme relègue nos O'Carroll au rang d'enfants de chœur ! Si ce que tu dis est vrai, quelle chance avons nous de revoir Erin ?
    - Vivante ? Aucune. Elle les a tous tués et elle tuera encore, et encore, et encore !
    - Il faut la dénoncer alors, s'écria Maureen. Liam va bien trouver le moyen de nous protéger, c'est son travail
    - Et on nous met sous camisole, rétorqua Penny. Non ! Il n'y a qu'un moyen, faire parler la poudre !
    - On va la détruire ! Brenna Maguire avait parlé d'une voix calme mais froide comme la mort. Mais nous avons besoin d'aide.
    - Et qui sera assez fou pour nous aider ? Car tu parles d'un meurtre là !
    - Je sais chéri, mais elle a tué notre fille. Et si je dois la tuer moi-même, alors j'irai seule.
    - Le pub, lança Penny. Je suis sûre qu'ils nous aideront. Ils étaient amis avec Pat.
    Une heure après, une chape de plomb s'était abattue sur le pub du Cerf Blanc. Pas un seul des habitués n'avait mis en doute la parole des conjurés car depuis l'arrivée de ce monstre, l'ambiance de la ville avait changé, rappelant les heures noires du règne des O'Carroll. Kevin, le patron, prit la parole :
    - On va incendier le château et la cramer avec. Les sorcières, on les brûle.
    - Et tu feras comment ?
    - Moi je le ferai ! Un homme s'était avancé, costaud, avec une allure d'ancien militaire.
    - Qui êtes-vous ? demanda Sean Flynn.
    - Appelez-moi Murphy. Je peux vous aider.
    - Vous êtes pyromane professionnel ? railla Sean.
    - On peut dire ça. Dans ma jeunesse j'ai été formé par des anciens du Sinn Féin, pour le cas où on reprendrait la lutte contre les Anglais mais j'ai fait mes armes comme saboteur au service de Sa Gracieuse Majesté. J'ai été embauché par votre châtelaine pour faire quelques travaux. Il me sera facile de disposer quelques petites bombes au napalm assaisonnées de phosphore blanc. Et croyez-moi, tout ce que vos pompiers obtiendront en arrosant le bazar quand ça pétera, ce sera de décupler l'incendie. Mais autant que je vous prévienne, le premier qui l'ouvre, je m'en chargerai personnellement.
    Kevin servit une tournée générale et tous levèrent leurs chopes en un muet acquiescement.

    Quand les pompiers déployèrent les lances, les flammes léchaient déjà le haut du donjon dans une danse infernale et gloutonne. L'eau jaillit enfin mais au lieu d'éteindre l'incendie, elle semblait le nourrir. Un des pompiers le signala au capitaine qui lui donna l'ordre de continuer d'arroser. Murphy lui adressa un signe de tête et rejoignit le groupe des clients du Cerf Blanc. Enlacés, les Maguire, les Flynn et Penny pleuraient à chaudes larmes.

    Cinq ans plus tard le ministère de la Culture Slovène se congratulait : il s'était enfin débarrassé de l'entretien coûteux de l'étrange château de Predjama en le vendant une bouchée de pain à une jeune milliardaire illuminée.
    La jeune Elisabeth Bathory souriait, elle était de retour dans son pays.

    « Atelier 134 Ghislaine-Dernier jourTenir le haut du pavé »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 24 Septembre à 08:17
    Houlala un vrai roman !!!
      • Samedi 26 Septembre à 09:55

        une petite nouvelle, tout au plus :)

    2
    Jeudi 24 Septembre à 11:41

    Si il faut que ça brule pour éviter les frais d'entretien c'est dommage. 

    Bon jeudi. 

      • Samedi 26 Septembre à 09:56

        Oui mais tu as vu le nombre de pièces !!!???

    3
    Jeudi 24 Septembre à 13:09
    Lydia

    Wouah, j'ai été happée par ton récit ! 

    4
    Vendredi 25 Septembre à 09:35

    Bonjour

    beau texte, excellente histoire et une fin déroutante

    un final qui me rappelle les histoires de BIZARRE BIZARRE,

    une serie anglaise de 1979 a 1988 de courts metrages d'une vingtaine de minutes, avec de grands acteurs actrices de l'epoque

    des histoires avec un final étonnant et inattendu

     

    voila une des histoires, avec Joan Collins, juste avant Dynasty

    et deja un role a l'Alexis Carrington

    https://www.youtube.com/watch?v=HPNxo2lzN50

     

     

     

    bon weekend

    la pluie s'installe chez moi jusque lundi

    je reste a la maison

    5
    Samedi 26 Septembre à 08:10
    adrienne

    ça alors!

     

      • Samedi 26 Septembre à 09:53

        Mais encore dame Adrienne ?

    6
    Max-Louis
    Samedi 26 Septembre à 23:02

    Bon jour,

    Excellent ! Absolument étonnant entre réalité et fiction tout est là dans ce roman noir avec ce goût fantomatique.

    Bonne soirée

    Max-Louis

    7
    mariejo64
    Dimanche 27 Septembre à 20:54

    Eh bien ! Ça flambe de toutes les façons ! Dans les coeurs, les âmes, le château...je ne connaissais pas cette criminelle ! 1610 crimes ! Et des bains de sang ! Mais quelle horreur ! Je vais essayer d'oublier cette histoire pour ne pas risquer les cauchemars ! :D 

    8
    Emilie
    Dimanche 4 Octobre à 17:08

    Excellent ! La dernière phrase fait froid dans le dos ! 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :