• Atelier 122: Saisons

    ATELIER 122

    Thème : "Saisons'

    Mots proposés par Ghislaine :

    Fort, ciel, heure, massive, hier, bon , voie, éclairée

     

    Mater dolorosa        

     Tableau Evelyne de MorganLes moissons étaient terminées, l'huile était entreposée dans les jarres aussi ventrues que l'était Pandia ! Elle finit d'enterrer la dernière jarre et se redressa péniblement. Hier son époux était parti pour Athènes et elle redoutait d'accoucher avant qu'il ne rentrât.
    Sur la voie de pierres éclairée par le soleil rasant d'automne une vieille femme échevelée, au regard fou se dirigeait vers la maison à grands pas. Alourdie par son ventre rond,  Pandia ne pouvait plus l'éviter. La vieille femme planta une main griffue dans son bras potelé et lui demanda de quoi étancher sa soif. D'abord effrayée puis furieuse, Pandia secoua son bras aussi fort qu'elle le put et chassa la vieille folle. Celle-ci se redressa alors sous le ciel devenu gris comme le plomb et Pandia reconnut avec terreur la malheureuse Déméter. La déesse aveuglée par la rage et le chagrin lui fit alors une promesse :
    - Quatre fils te seront donnés mais jamais ensemble dans tes bras de mère tu ne les serreras ! Ma fille Perséphone les aura pour esclaves au royaume d'Hadès et chacun à tour de rôle ne te sera rendu qu'à chaque changement de saison !
    Désespérée Pandia se jeta aux pieds de la déesse, implora son pardon et fit appel à son bon cœur de mère mais Déméter la repoussa du pied et reprit sa course folle, endormant la campagne pour la préparer à un hiver acéré comme sa peine.

    Deux esclaves la trouvèrent gisant dans la poussière de la route et la menèrent à sa couche. A peine allongée Pandia sentit la première vague de douleur, violente comme le fouet, massive comme la roche.
    Heure après heure les vents portèrent les cris de la paturiente jusqu'aux oreilles de Déméter et jusqu'aux berges de l'Achéron. Sentant proche la délivrance, Charon se mit en route jusqu'à la maison de Pandia et il arriva à l'instant où le quatrième nouveau-né poussait son premier cri. Il s'empara des trois derniers des quatre bébés, laissant le premier né contre sa mère, et regagna les Enfers où l'attendait Perséphone.

    Quatre fois quatre saisons passèrent. Quatre fois Déméter vint s'abreuver des pleurs de la jeune mère et seize fois Charon fit le voyage. Quatre fois quatre saisons Pandia regretta la gorgée d'eau qu'elle avait refusée. A l'aube du cinquième hiver, folle de chagrin, Pandia accompagna le passeur et traversa le Styx à son tour. Au printemps suivant, avant de rejoindre sa mère, Perséphone rendit ses enfants à Pandia. Depuis, en châtiment, celle-ci accueille les passagers de Charon et donne à chacun une dernière coupe d'eau vive avant qu'il ne gagne définitivement le royaume d'Hadès.

     

    « L'enfant de la tourLueur d'espoir »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 24 Mai à 09:32

    Magistral !!!!!!!!!!!!

    On est transporté ailleurs, le temps de lire tes lignes, c'est fabuleux !!!!!

    Si bien décrit qu'on imagine chaque mot !

    Hé bien bravo, cela ne rime pas à rien dis donc !!

    ♥Merci♥

      • Dimanche 24 Mai à 10:08

        Merci ma chère Ghislaine ! ♥♥

        Je craignais un peu d'être hors sujet.
        Mais j'ai pris un sacré plaisir à faire cet atelier !

        Bisous

    2
    Lundi 25 Mai à 13:54
    colettedc

    Bravo ! C'est vraiment bien dit ! J'♥ !

    Bonne semaine,

    Bisous♥

      • Lundi 25 Mai à 18:57

        Merci beaucoup Colette !

        Mais en parcourant les écrits des uns et des autres, je constate qu'il y a encore du travail ! yes

        Bisous

    3
    Lundi 25 Mai à 14:40

    "mère douleur" si je traduis bien.... un très bel écrit, en vers, en prose,  comme ici vous vous défendez... cool au plaisir, JB

      • Lundi 25 Mai à 19:01

        Je ne sais pas le dire (et encore moins l'écrire) en hellène happy

        Merci Jill, je vais essayer de m'améliorer

        A bientôt

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :