• Mot mystère Saison 1- 6 (Lilou)

    (cliquer sur le visuel pour voir les règles)

    10 lettres : E E E I O U N N R R

    nom féminin : toile de coton ou de laine dont les dessins résultent de la disposition des fils teints avant le tissage avec des dominances de couleurs rose violet ou rouge

     

    ROUENNERIE

    Anagrammes : Iréne - renouer - réunion - Rouen - ruinée - réunie - renier - noire - Renoir - Renée - ennui - ornière - ennuie - rouerie - enrouée -  renié - nourrie - rouir - ornée - erroné - nuire 

     

    Léocadie

     Iréne aurait tant voulu être ailleurs ! Tandis que le notaire s'apprêtait à ouvrir la porte, elle sentait la culpabilité peser plus lourdement sur ses épaules : pourquoi n'avait-elle jamais cherché à renouer avec Léocadie, son arrière grand-mère ? La dernière réunion de famille remontait à cinq ans et elle ne fut motivée que par la vanité de ses parents qui espéraient tirer quelque profit de l'hommage rendu par la ville de Rouen à la centenaire du département, Léocadie. Puis ils étaient repartis à Paris sans même la  raccompagner jusqu'à sa maison. Mais quand la famille, ruinée par les investissements hasardeux de son père, apprit la mort de la vieille dame, elle eut tôt fait de se rendre chez le notaire, enfin réunie autour du testament de Léocadie !
    "A toi mon petit-fils, que j'aurais bien aimé renier, je lègue ma jument noire, encore vaillante ainsi que mon Renoir, aussi faux que tes sourires de faux-cul. A toi sa femme Renée, je lègue la boîte à musique qui m'a aidée à combattre l'ennui pendant tes visites heureusement fort rares. Quant à toi, ma petite Irène que j'ai si peu vue, je ne doute pas un instant que tes parents te mèneront tôt ou tard dans une ornière, affective ou financière. Aussi te légué-je ma maison, tout ce qu'elle contient, ainsi que mes terres et tous mes avoirs financiers. Tu en disposeras à ta guise, même si l'idée que tu vendes ma chère maison m'ennuie. Puissent ces quelques biens t'aider à démarrer ta vie sous de bons auspices. Mais promets moi de ne jamais donner un fifrelin à tes parents !". Bien sûr ceux-ci hurlèrent, dénonçant la rouerie de Léocadie qui "n'avait sûrement plus toute sa tête" mais le testament était on ne pouvait plus valable.
    "Êtes-vous prête ? demanda le notaire - Oui, répondit-elle d'une voix enrouée par l'émotion.".
    Couers en rouennerieDéjà impressionnée par la beauté extérieure de la maison, Irène ouvrit des yeux ronds en découvrant le grand salon. Les rideaux de mousseline blanche laissaient passer la lumière qui illuminait une pièce que Barbara Cartland n'aurait pas reniée !
    Fauteuils, canapé et récamier étaient tendus de tissu ivoire aux motifs roses, rouges et violets. Les napperons et les coussins assortis étaient rehaussés de glands bleus qui soulignaient les motifs en camaïeux de carmin.
    Le notaire s'engagea dans les escaliers et elle le suivit. Dans les chambres c'était le même décor, comme une mosaïque dessinée par une enfant rêveuse. Dans les armoires des piles de linge entre rose et violet étaient rangés dans un empilement parfait.
    - Mais enfin ! c'est du délire ! On se croirait dans une maison de poupée !
    - Votre arrière-grand mère était arpette quand la rouennerie avait encore ses lettres de noblesse dans le tissage. Elle s'est littéralement nourrie des ces couleurs et de ces motifs. Tout ici est cousu et brodé de ses mains.
    Irène secoua la tête et ouvrit la deuxième porte de l'armoire. Des chemises et des robes de lin, unies ou ornées de dentelle délicate, attendaient sagement qu'on vienne les enfiler. On avait laissé le lin rouir si longtemps que, débarrassé de sa moindre fibre, il semblait doux comme le coton et léger comme l'étamine. "Et si vous souhaitez vendre la maison, toutes ces affaires ont une grande valeur, vous en tirerez un bon prix. Sans compter les rouleaux de tissus entreposés au grenier, en parfait état."
    Irène enfila une capeline ornée de franges et secoua la tête. C'était donc de Léocadie que lui venait sa passion pour la couture ! Tout ce que ses parents lui avaient dit sur son arrière grand-mère était erroné mais ils ne pourraient plus leur nuire, ni à Léocadie, ni à elle. Un nouveau lien s'était tissé.
    Elle sortit ses maigres bagages, et revint dans la maison.
    Sa maison où elle allait redonner vie à la tradition de la rouennerie.

     

    Rouennerie

     

    « Atelier 135 (Ghislaine) - HommageAtelier #4 Cluedo »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 9 Octobre à 09:37

    J'ai travaillé sur ce mot mystère hier, et je communique demain, puisque je ne diffuse rien le dimanche. Bravo à toi Pixélie pour ce texte avec autant d'anagrammes.

    Bises et bon vendredi

     

    2
    Vendredi 9 Octobre à 09:48

    Bonjour

    un superbe texte que tu nous offres là

    une belle ambiance dans la maison au tresor, un heritage qui sera bien utilisé, je n'en doute pas

    merci de ce partage avec des mots imposés du jeu

     

    bon weekend

    il pleut toujours en ma terre de Lorraine

    et chez les voisins alsaciens

    mais pas de gros dégâts comme avec le Sud

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :