• Les RogatonsCorps de plomb
    Pieds enclumes,
    Lourds à soulever
    Douloureux au delà-du mal.

    Au ras du bitume
    qui pue la merde
    qui suinte la pisse,
    dorment les rogatons.

    En boule, en tas,
    Tas de chiffons
    Aux couleurs pisseuses
    Comme l'odeur des frusques.

    Cette odeur identitaire
    qui annonce notre passage,
    fracasse avec violence
    votre bien-pensante indifférence.

    Interdits de chiottes,
    interdits de fontaines
    publiques
    pédiluves pour bobos

    Par temps de canicule.
    Interdit de boire,
    on crève aussi  l'été
    en petits tas desséchés.

    Comme vos cœurs
    qui attendent l'hiver
    et ses putain de JT
    pour se rafistoler la conscience.

    Cette bonne conscience
    aux deux balles que vous nous refusez.
    Bancs interdits,
    Piques anti pigeons, anti chiffons.

    Du pain pour les pigeons,
    Pour les rogatons
    des pains dans la gueule,
    des coups de pied ciré

    Dans les corps de plomb
    aux frusques pisseuses,
    tas de chiffons informes
    pouvant être toi
    demain. Ou après-demain.


    5 commentaires
  • Le CoquelicotIl est là ! Il est de retour !

    Chétif, malingre, il reste pourtant droit comme un i vert avec ce point rouge qui le distingue de l'herbe qui a envahi mon jardin.
    Il n'a pas les lettres de noblesse d'une Papa Meilland, il n'a pas le snobisme de l'orchidée que l'on serre à part soi en la soignant comme une grande malade en devenir.
    Héros de l'ombre, il fut des mouvements de résistance quand associé à d'autres modestes, marguerites et bleuets, il se faisait étendard d'une nation souffrante.

    Tout en modestie, il brandit sa coiffe un peu fripée couronnant cette tige qui appelle l'épilateur.
    Mais bien fol qui se fie à son apparente fragilité !

    Qu'importe qu'on le boute hors des villes et des villages !
    Qu'importe qu'en un combat inégal on lance contre lui bulldozers et pelleteuses, blindés contre lilliputien ! Qu'importe qu'on le couvre de dalles !

    Sous son air souffreteux le coquelicot cache une âme de conquérant ! Il revient à la conquête de son territoire, encore et encore et pour peu qu'on lui en laisse le temps, il passe le flambeau à ses enfants pour aller se pousser du col sur un nouveau sol.

    De toutes les fleurs, le coquelicot
    Est le héros !

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique