•  

    Sur le thème "Un peu d'argot"

     Pour une meilleure compréhension, consulter le lexique argotique ainsi que les notes en bas du texte.

     "Circonstances atténuantes" Arletty, Michel Simon

     

    Lire la suite...


    5 commentaires
  • Sujet 9 : écrire un poème sur un sujet qui vous révolte.

    Venant de l'écrire juste avant de découvrir ce sujet, je propose mon dernier "poème" :

    Les Rogatons

     


    votre commentaire
  • Les RogatonsCorps de plomb
    Pieds enclumes,
    Lourds à soulever
    Douloureux au delà-du mal.

    Au ras du bitume
    qui pue la merde
    qui suinte la pisse,
    dorment les rogatons.

    En boule, en tas,
    Tas de chiffons
    Aux couleurs pisseuses
    Comme l'odeur des frusques.

    Cette odeur identitaire
    qui annonce notre passage,
    fracasse avec violence
    votre bien-pensante indifférence.

    Interdits de chiottes,
    interdits de fontaines
    publiques
    pédiluves pour bobos

    Par temps de canicule.
    Interdit de boire,
    on crève aussi  l'été
    en petits tas desséchés.

    Comme vos cœurs
    qui attendent l'hiver
    et ses putain de JT
    pour se rafistoler la conscience.

    Cette bonne conscience
    aux deux balles que vous nous refusez.
    Bancs interdits,
    Piques anti pigeons, anti chiffons.

    Du pain pour les pigeons,
    Pour les rogatons
    des pains dans la gueule,
    des coups de pied ciré

    Dans les corps de plomb
    aux frusques pisseuses,
    tas de chiffons informes
    pouvant être toi
    demain. Ou après-demain.


    4 commentaires
  • Imaginons le théâtre sans la bataille d'Hernani qui donna lieu à des crêpages de perruques dignes de lavandières cocues.

    Imaginons la peinture sans l'outrecuidance de ces impressionnistes voués aux gémonies par les défenseurs d'un académisme figé à jamais dans un passé antique ou en toc.

    Imaginons notre belle langue sans les néologismes de Ronsard qui faisaient pousser des cris d'orfraie à ses contemporains grammairiens.
    Ou sans ces mots d'argot qui rendent sa noblesse à la langue du populo.
    Tout comme le verlan.

    Petit retour historique sur un style de langage clivant mais loin d'être aussi moderne qu'on le croit.

     

    L'en-vers des mots

     

     

    Lire la suite...


    3 commentaires
  • J'aime quand tu te tais-P. NerudaPablo Neruda, un héro de mon adolescence avec son compatriote chilien Victor Jara.
    Je connaissais davantage l'homme politique alors. Je découvrirai le poète sur le tard, fait de la même glaise, brûlant du même feu.

    Difficile de faire un choix parmi les poèmes dédiés à l'amour de sa vie, Mathilde Urrutia, pour qui il écrivit La Centaine d'Amour, 20 poèmes d'amour et une chanson désespérée.

     

    Mathilde Urrutia et Pablo Neruda

     

    J’aime quand tu te tais, parce que tu es comme absente,
    et tu m’entends au loin, et ma voix ne t’atteint pas.
    On dirait que tes yeux se sont envolés,
    et on dirait qu’un baiser t’a clos la bouche

    Comme toutes les choses sont remplies de mon âme,
    tu émerges des choses pleine de mon âme.
    Papillon de rêve, tu ressembles à mon âme
    et tu ressembles au mot : mélancolie.

    J’aime quand tu te tais et que tu es comme distante.
    Et tu es comme plaintive, papillon que l’on berce.
    Et tu m’entends au loin, et ma voix ne t’atteint pas:
    laisse-moi me taire avec ton silence.

    Laisse-moi aussi te parler avec ton silence,
    clair comme une lampe, simple comme un anneau.
    Tu es comme la nuit, silencieuse et constellée.
    Ton silence est d’étoile, si lointain et si simple.

    J’aime quand tu te tais, parce que tu es comme absente,
    distante et dolente, comme si tu étais morte.
    Un mot alors, un sourire suffisent,
    et je suis heureux, heureux que ce ne soit pas vrai.


    7 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires